Handicap et expertise comptable : un apport mutuel | CJEC

Handicap et expertise comptable : un apport mutuel

Dans le cadre du DEC, le sujet de mémoire de Benjamin MECHE a porté sur la démarche managériale et la relation client de l’expert-comptable en situation de handicap. Ceci s’est inscrit dans un projet professionnel et personnel prenant en considération certains besoins engendrés par un handicap moteur. Données Partagées a rencontré Benjamin.

L’accès à la profession d’expertise comptable aux personnes en situation de handicap représente un sujet certainement important qui n’en reste pas moins ambitieux et complexe. Il y a une réelle nécessité à ce que la profession d’expertise comptable s’intéresse à cette question, voire la prenne en compte pour à la fois faire face à la demande d’experts-comptables et aussi pour capter de nouveaux talents.

Au cours des dernières décennies, d’une manière nonchalante, la place des personnes en situation de handicap s’est faite au sein de l’éducation, de la vie sociale et professionnelle. Un peu comme si l’on souhaitait en finir une bonne fois pour toutes avec les difficultés d’intégration des handicapés, la solution de considérer ces personnes comme “normales” a semblé être parfaitement adéquate.

L’écueil de cette conclusion est de, peut-être, développer une considération plus éthique à l’égard des personnes invalides, mais n’en fait pas pour autant disparaître les oeillères vis-à-vis de leurs réels besoins.

Cela amène à se rendre compte d’une part que le handicap n’est pas un problème à résoudre mais une spécificité qui nécessite un état d’esprit permettant d’en tenir compte et, d’autre part, qu’il invite davantage à développer une différenciation plutôt que de se conformer impérativement à une norme qui sclérose souvent le progrès et l’innovation.

Les prestations proposées à nos clients font essentiellement appel à nos capacités intellectuelles. Par conséquent, on pourrait considérer que dans la mesure où le handicap n’est que physique, moteur ou sensoriel celui-ci n’a pas le droit de cité au sein de la vie professionnelle d’un expert-comptable.

Cependant, l'évolution du métier amène à être davantage disponible et à l’écoute de ses interlocuteurs.

Cela nécessite que l’expert-comptable en situation de handicap analyse dans quelle mesure ces évolutions vont se heurter aux conséquences de sa déficience en termes de mobilité, de flexibilité et de communication.

Les différentes actions entreprises visent non pas à faire oublier le handicap, mais à prendre pleine conscience des spécificités générées par celui-ci. Il y a un véritable enjeu à considérer certains besoins plutôt que d’en faire abstraction.

En effet, une personne en situation de handicap, notamment un expert-comptable qui s’engage dans un projet professionnel, sans porter attention à ses besoins, risque de diminuer les chances de développement de son activité, mais également d’accentuer ses difficultés voire d’en créer de nouvelles.

Prendre en compte le handicap, c’est d’abord s’accorder le temps nécessaire pour analyser l’impact d’une déficience par rapport aux différentes obligations professionnelles de l’expert-comptable.

 

Cette étape doit permette de faire émerger un certain nombre de besoins pour lesquels une réponse devra être apportée. Il y a une différence entre penser le handicap en termes de besoins plutôt qu’en termes de difficultés. Cette distinction permet de développer une démarche qui vise à définir de manière précise ce qui est nécessaire à l’expert-comptable en situation de handicap. Il s’agit également de sortir de l’affect où le handicap est générateur de désarrois et d’impasses pour développer une démarche positive avec des attentes factuelles. Ceci amène le professionnel à déterminer des besoins matériels, organisationnels, humains et psychologiques.

Chacun peut se rendre compte du temps passé au sein de l'entreprise et imaginer l’impact que celui-ci peut avoir s’il ne prend pas en considération les besoins d’un handicap. Un léger inconfort peut générer de véritables souffrances dans le cadre de certaines pathologies et le risque est de supporter des gênes ou des douleurs de manière disproportionnée. Cette situation pourrait non seulement être facteur d’aggravation du handicap mais également avoir des répercussions sur la qualité des prestations. C’est pour cette raison que l’expert-comptable doit s’entourer de professionnels compétents en matière d’ergonomie par exemple pour éviter d’être en tensions permanentes qui seraient consommatrices d’énergie et de concentration.

Le confort du cadre de travail s’apprécie également au niveau organisationnel. L’enjeu est de faciliter la production des prestations et permettre une utilisation optimale de l’information. L’innovation dans ce domaine doit en effet permettre à l’expert-comptable de gérer l’ensemble des besoins en termes de logistique et de mobilité. La dématérialisation ainsi que le télétravail sont deux solutions organisationnelles qui offrent un cadre de travail adapté à un nombre important de pathologies.

Que ce soit pour des besoins matériels ou organisationnels, l’accompagnement managérial pendant la mise en place des solutions définies doit être systématique. La performance des cabinets d’expertise comptable réside de plus en plus dans leur capacité à travailler en équipe. En accentuant cette mutation, le professionnel en situation de handicap s’offre la possibilité de répondre à certains besoins notamment par l’intelligence collective. En effet, dans certaines situations il est souvent plus adéquat de solliciter un accompagnement humain plutôt que rechercher des solutions technologiques ou organisationnelles.

L’autonomie d’un expert-comptable en situation de handicap se mesure à sa capacité à s’entourer de collaborateurs qui sauront l’accompagner de manière appropriée. Pour cela, une communication claire et factuelle auprès des membres de l’équipe permet de définir les attentes de chacun vis-à-vis du handicap et ainsi éviter des appréciations biaisées. Le dialogue sur ce sujet doit être permanent. Pour cela, il est essentiel de dédramatiser le sujet et l’humour est réellement un moyen d’y parvenir.

Le handicap touche à des considérations personnelles qu’il n’est pas toujours évident d’évoquer dans un cadre professionnel. Cependant, il semble évident que dans la mesure où ce sujet est de plus en plus présent dans la société, sa place dans la profession est incontournable. Les talents de demain ont à coeur que leurs valeurs personnelles soient intégrées dans leur travail et pour se conformer à la génération Z, les cabinets d’expertise comptable d’aujourd’hui doivent aborder le sujet du handicap ouvertement avec tact et discernement. L’expert-comptable en situation de handicap peut ressentir le besoin d’évoquer sa situation. Cela permet aux collaborateurs de pouvoir mesurer certaines particularités et au professionnel de poursuivre son cheminement vers l’acceptation.

L’analyse et la définition des besoins professionnels n’est possible qu’à partir de l’instant où l’expert-comptable accepte d’exercer de façon adaptée à ses capacités. Cela nécessite de franchir plusieurs étapes définies en psychologie comme constituant le “processus de deuil”. En effet, ce n’est qu'une fois que la personne en situation de handicap a franchi les phases de choc, de déni, de révolte, de négociation et de dépression, qu’elle est en mesure de réfléchir sur les perspectives envisageables.

Cette acceptation du handicap demande une certaine vigilance car elle peut tout aussi bien amener la personne à se résigner qu’à rassembler l’énergie nécessaire pour s'ouvrir à de nouvelles opportunités.

Le travail effectué pour parvenir à accepter une situation de handicap représente un tremplin pour s’ouvrir à de nouvelles perspectives. Ce principe, nommé résilience, correspond à la capacité de l’individu à faire face à sa déficience. A l’encontre du fatalisme, la résilience permet de retirer de l’expérience du handicap une source d’efficacité et d’émancipation.

L’utilisation de ce principe de résilience dans le cadre de relations humaines est indispensable. Elle incite l’expert-comptable à s’ouvrir à ses clients ainsi qu’à ses collaborateurs sur le sujet du handicap. Bien souvent, les personnes n’étant pas en situation de handicap ressentent une indécence à évoquer leurs “problèmes” à une personne qu’elle considère comme ayant d’importantes difficultés. En évoquant l’expérience du handicap dans un cadre professionnel, l’expert-comptable montre à son interlocuteur sa capacité à comprendre et à

proposer des solutions à leurs attentes. Cette démarche est réellement une opportunité de mener une analyse plus poussée de la situation de son client car les problématiques des chefs d’entreprises sont de plus en plus transversales. Pour accroître la qualité de ses prestations, notamment en matière de conseil, l’expert-comptable a tout intérêt à s’intéresser à la perception du client de son environnement et à sa faculté à

évoluer. Cette approche permet de déceler des besoins qui ne sont pas forcément visibles à travers des états financiers mais qui n’en restent pas moins cruciaux pour leur développement économique. De cette manière, l’expert-comptable s’offre la possibilité de faire évoluer ses missions de conseil vers des prestations de coaching professionnel.

Cet aspect montre que la prise en compte du handicap et de l’expérience que l’on peut en tirer représente une opportunité de développer l’activité des cabinets d’expertise comptable.

L’expérience du handicap est également bénéfique au sein d’une équipe de travail. En plus de permettre à chacun de relativiser ses propres difficultés, il renforce la cohésion et la solidarité des membres. Prendre en compte les besoins liés aux handicaps dans l’organisation des missions prouve aux collaborateurs que le bien-être de chacun est le principal vecteur de la réussite collective. En effet, lorsque des considérations personnelles ne sont pas prises en compte ou que le bien être des uns se fait au détriment de celui des autres, la qualité et l’efficacité s’en trouvent amoindries.

La présence du handicap peut être un stabilisateur de ces phénomènes dans la mesure où des compensations permettent au professionnel d’exercer ses prérogatives avec une mise en place raisonnable. C’est en ce sens que l’expérience du handicap se trouve être un vecteur de performance, par le fait qu’elle permet de faire évoluer les relations professionnelles vers un esprit collectif plutôt qu’individualiste.

L’efficacité engendrée réside également dans une recherche permanente de solutions innovantes. Devant l’incapacité à effectuer certaines tâches, le professionnel en situation de handicap cherche à utiliser des outils qui automatisent certains processus et des méthodes plus efficaces. La transition numérique en est le parfait témoin. En plus d’être un outil adaptable à différentes déficiences, elle permet de décupler la productivité des collaborateurs et d’accentuer la qualité des prestations fournies aux clients. L’innovation étant au cœur du handicap, la profession a réellement un intérêt à prendre en considération les besoins de chacun pour développer un cadre professionnel en adéquation avec les mutations à venir.

La société et également la profession d’expertise comptable doivent faire évoluer l’idée qui consiste à dire que les compétences suffisent à faire disparaître l’impact du handicap sur la vie professionnelle. Tout d’abord parce que cela ajoute des contraintes supplémentaires aux personnes handicapées et également, parce que cette abstraction prive le collectif d’une expérience positive qui peut s’avérer être source d’efficacité pour les cabinets d’expertise comptable.

Le vécu et le cheminement de chacun vis-à-vis du handicap doivent pouvoir être respectés. Le point d’ancrage sur lequel la profession doit rester fixée est l’envie et la volonté de poursuivre et de développer des projets innovants où la différence sera un facteur d’inclusion et de valeur ajoutée.

Benjamin MECHE, expert-comptable mémorialiste