Conséquences de la loi PACTE sur les jeunes professionnels | CJEC

Conséquences de la loi PACTE sur les jeunes professionnels

Chères Consœurs, Chers Confrères, Chers Élus, Stagiaires, Mémorialistes et Étudiants,
 
Il nous est apparu important de vous communiquer aujourd’hui les actions du Club des Jeunes Experts-Comptables et Commissaires aux Comptes face à l’attaque sans précédent de notre profession par le rapport de l’IGF servant de base à l’intégration à la loi PACTE de la suppression de notre présence dans 80 % des entreprises composant notre clientèle.
 
Pour ceux qui n’auraient pas encore pris connaissance de document, nous vous invitons à consulter le rapport de l’IGF « La certification légale des comptes des petites entreprises françaises ».
 
Face à ce constat, le Conseil National du CJEC (assemblée des présidents des 24 régions françaises du Club) réuni à Montpellier du 16 au 18 mars 2018, a décidé de monter au créneau, et de prendre une part active à ce combat.
 
Depuis plus de trente ans, le Club défend trois valeurs fondatrices, Aider, Représenter, Informer les jeunes professionnels dans le cadre de leur installation. Le respect de nos illustres prédécesseurs et l’ambition de transmettre le flambeau aux prochaines générations, nous impose de nous battre pour l’avenir de nos professions. 
 
Nous représentons 1 400 adhérents, notre association sœur l’ANECS, plus de 2 000, toute cette jeunesse a accumulé les sacrifices pour obtenir au terme de huit longues mais malgré tout passionnantes années le précieux sésame nous permettant d’accéder à l’exercice de notre profession. Nous prenons des risques, nous nous endettons lourdement, pour créer ou racheter nos cabinets, et aujourd’hui nous voyons le sol se dérober sous nos pieds.
 
Car il ne faut pas se méprendre, la remontée des seuils d’obligation de nomination d’un commissaire aux comptes et la suppression de la condition de contrôle auront un effet catastrophique sur nos deux professions d’experts-comptables et de commissaires aux comptes. Et emporterons avec eux l’équilibre économique et humain de notre secteur d’activité, remettant en cause la pérennité de nos cabinets et entrainant un grand phénomène de concentration, celui-là même ayant produit des effets catastrophiques dans tous les pays ayant connus des situations similaires.
 
Nous ne sommes pas résistants au changement, nous ne refusons pas la réforme, nous ne défendons pas des intérêts acquis de longue date et des rentes de situations, non ! Nous les bons soldats de l’intérêt général, nous qui nous soumettons aux normes, aux règles, qui sommes la vigie de l’entreprise et les auxiliaires de l’administration dans la diffusion et le respect des lois et la modernisation de l’Etat, nous avons aujourd’hui un genou à terre et sommes prêts à recevoir le coup de grâce, sur la base d’un rapport truffé d’inexactitudes et établi par de grands esprits méconnaissant parfaitement notre profession et son environnement.
 
Nous vous invitons d’ailleurs à lire et partager la tribune de notre Président « Vers un refus de certifier du rapport La certification légale des petites entreprises françaises »
 
Face à cette situation, nous avons demandé à nos institutions de nous intégrer au débat et au combat et leur avons formulé nos propositions pour réformer notre profession. Une réponse a été apportée par la profession au travers du livre blanc de la profession des commissaires aux comptes pour participer à une économie de confiance et de sécurité. Nous vous invitons à lire et partager largement la tribune de notre secrétaire national Vincent Molinié. Les 24 présidents régionaux du CJEC travaillent quotidiennement, main dans la main, pour construire des actions à la hauteur des enjeux. Nous finalisons actuellement la feuille de route de nos actions, et ne manquerons pas de vous informer dans les meilleurs délais.
 
Nous avons également écrit à nos gouvernants pour leur exprimer l’inquiétude et la position des jeunes professionnels, nous vous invitons à prendre connaissance des courriers adressés à :

Nous appelons l’ensemble de la profession à l’unité dans le combat et vous invitons à signer, partager et diffuser la pétition de la profession « Mobilisons-nous pour préserver la croissance et les emplois dans les entreprises » sur Change.org
 
Nous soutiendrons toutes les initiatives de nos institutions pour défendre nos cabinets, mais nous comptons bien peser et passer à l’attaque au service de la jeunesse. Nous ne pouvons nous résoudre à simplement discuter de l’hypothétique indemnisation qui viendrait compenser la perte de notre métier. Nous sommes jeunes et soucieux de l’intérêt général et nous ne passerons pas demain à une retraite aux frais du contribuable. Nous voulons continuer à exercer demain notre profession de façon moderne et utile à tous.
 
Soyez certains de notre détermination à mener ce combat jusqu’au bout, dans l’union avec l’ensemble des jeunes composant la profession du futur, stagiaires, mémorialistes et étudiants.   
 
Bien confraternellement,
 
Le Conseil National du CJEC