Voeux de Jean Bouquot, Président de la CNCC, à la profession | CJEC

Voeux de Jean Bouquot, Président de la CNCC, à la profession

Chères Consœurs, chers Confrères,

En ce début d’année 2020, je vous présente mes meilleurs vœux de bonheur et de succès pour vous et ceux qui vous sont chers. Je souhaite que, dans un environnement économique et social complexe, 2020 soit une année de rebond pour notre profession après cette longue période très troublée qui a commencé par le discours de la Garde des Sceaux lors de nos assises en novembre 2017 : « le statu quo n’est pas une option ».
Nous avons consacré vingt-quatre mois à combattre une vision négative et réductrice de notre mission et à proposer et construire des solutions nouvelles d’exercice au service des entreprises et de l’ordre public économique. En parallèle, nous avons organisé le soutien des confrères et consœurs menacés par le relèvement brutal des seuils.
La réforme des textes qui régissent notre exercice professionnel s’achève prochainement avec la refonte de notre code de déontologie. La réorganisation de nos institutions nationale et régionales interviendra également en ce début d’année.

Notre profession est confrontée à une transformation de grande ampleur de ses modèles, qu’ils soient sociologiques, techniques ou économiques.

Pour autant, nous ne devons pas sous-estimer les opportunités qui se présentent, ni les attentes de notre environnement. Le rebond a été amorcé lors de la Convention nationale des 7 et 8 novembre derniers à Lille. Un nouvel état d’esprit, renforcé par la présence de nombreux jeunes consœurs et confrères accompagnés de leurs organisations ANECS et CJEC, y est apparu autour d’une utilité réaffirmée, de valeurs partagées et d’engagements forts de notre profession (retrouvez ces 10 engagements en cliquant ici).

Cela est encourageant pour l’avenir.
Pour les nouvelles missions que nous souhaitons promouvoir.
Pour l’attractivité de nos cabinets.
Pour la reconnaissance de notre métier dans la société.

Cela nécessite de poursuivre cette année l’effort sans précédent du chantier de la connaissance et de la formation lancé en 2019 par la Compagnie nationale avec l’appui des Compagnies régionales.

Il s’agit de permettre à chacune et chacun, quel que soit son mode d’exercice, de s’approprier le champ de notre rebond autour du potentiel de la mission ALPE et aussi des nouvelles missions d’attestations offertes à la profession.

Cela nécessite également de renforcer nos initiatives en matière de cybersécurité et d’innovation numérique qui, plus que jamais, rendent notre profession encore plus pertinente.

Cela nécessite de faire la promotion de notre rôle et de notre démarche de rebond auprès des parties prenantes. Je suis intervenu au 4e trimestre 2019 devant le comité exécutif confédéral de la CPME et nous organisons au cours du 1er trimestre 2020 des interventions des élus des Compagnies régionales devant les instances territoriales de la CPME.

Bien entendu, cette démarche doit s’organiser dans un cadre déontologique fort et contrôlé qui démontre la valeur unique de l’auditeur légal.

Notre déontologie se reflète dans nos valeurs - Indépendance, Compétence, Confiance, Engagement, Ecoute - elle est un discriminant positif de notre profession et de la qualité des missions que nous proposons. En aucun cas, elle ne peut être bradée. Elle garantit la pérennité de la présence de la profession au service de son environnement.
En parallèle de cette démarche de renouveau, nous sommes engagés dans une réforme profonde de nos textes institutionnels (la plupart ont 50 ans et certains au moins 20 ans). Nos institutions doivent être plus efficaces, plus agiles, davantage à l’écoute de chacune et chacun d’entre vous et économes des contributions financières de chacun.

Une première concrétisation de cette volonté de travailler plus efficacement s’est traduite par le déménagement de notre institution dans un nouvel immeuble dans le XIVe arrondissement de Paris. Ce déménagement permet le regroupement des institutions nationales CSOEC et CNCC, démarche préfiguratrice non pas d’une fusion mais de synergies essentielles pour développer de nouveaux services et renforcer la voix des professions du chiffre.

La réforme institutionnelle doit aussi tenir compte d’un juste équilibre de tous les modes d’exercice sans renier l’indéniable richesse de la territorialité de nos institutions. Le rôle d’écoute et d’accompagnement des élus régionaux et des permanents des Compagnies régionales, à qui je souhaite rendre un hommage appuyé, a démontré l’utilité de la proximité institutionnelle qu’il s’agit de maintenir impérativement dans le regroupement envisagé de certaines Compagnies régionales.

Nous devons parvenir, dans le plus large consensus, à une réforme institutionnelle nationale et régionale qui soit juste et utile.

Parmi les autres points d’actualité de cette année 2020, je souhaite aborder deux sujets.

En premier lieu, la question de l’organisation et de l’autonomie de notre institution de retraite professionnelle, la CAVEC, dans le cadre de la réforme portée par le gouvernement. Lors de l’entretien que j’ai eu avec la Garde des Sceaux le 10 décembre dernier, je lui ai formellement remis une note préparée par les élus de la CAVEC dont je vous invite à prendre connaissance en cliquant ici.

En second lieu, le Haut Conseil du Commissariat aux Comptes m’a informé en fin d’année 2019 de sa décision de ne pas poursuivre la délégation à la CNCC du recouvrement de ses cotisations, délégation que nous exercions à titre gratuit. Vous recevrez donc désormais deux bordereaux, l’un de votre Compagnie régionale incluant vos traditionnelles cotisations y compris d’assurance responsabilité civile, l’autre directement de la part du H3C.
Nous devons tous être fiers de notre profession de commissaires aux comptes et de sa valeur au service de l’économie et de la société, comme nous l’avons réaffirmé lors de notre Convention nationale à Lille en novembre dernier, c’est le socle de notre rebond et de notre ambition pour cette nouvelle année 2020.

La diversité de nos structures d’exercice, notre esprit d’entreprise, notre sens de la proximité territoriale conjugués avec l’unité de notre profession doivent nous donner l’ambition collective de réussir à attirer de nouveaux talents.

Que 2020 soit pour chacune et chacun d’entre vous une année de rebond et de réussite.

Bien confraternellement,

Jean Bouquot
Président de la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes