Réussir l’ingénierie de la mise en place des plans d’épargne salariale (PEE et PERCO) | CJEC

Réussir l’ingénierie de la mise en place des plans d’épargne salariale (PEE et PERCO)

Les campagnes de publicité des grands établissements bancaires tentent généralement d’expliquer que l’épargne salariale, “c’est simple”. Au point d’être parfois un peu pataudes. Dans les faits elles prennent pour de la complexité qu’il faut éradiquer, une richesse et une souplesse insoupçonnées. Un(e) dirigeant(e), dès que l’entreprise compte au moins un salarié, a en réalité la possibilité de paramétrer son plan d’épargne d’entreprise (PEE) et son plan d’épargne retraite collective (PERCO) au plus proche de ses besoins et de ses budgets tout en le rendant attractif.

Sur l’attractivité c’est assez simple :

»» accueil de versements personnels abondables (l’entreprise rajoute à l’effort d’épargne du bénéficiaire) dans des limites élevées : jusqu’à près de 10 000 € bruts/an et par personne) pour le PEE et le PERCO cumulés (8 % et 16 % du PASS respectivement) ;

»» l’abondement est 2 à 3 fois plus efficace socialement et fiscalement que de la rémunération classique. L’alimentation par versements volontaires est possible jusqu’à 25 % de la rémunération brute annuelle (BIC/BNC N-1 pour le TNS) + Intéressement et Participation ;

»» spécifiquement pour le PERCO possibilité d’abondement unilatéral et alimentation complémentaire jusqu’à 10 jours de congés ou de RTT monétisés, avec des allègements de cotisations sociales et exonération d’impôt sur le revenu ;

»» liquidité élevée avec, pour le PEE, 5 ans de blocage sur chaque versement et 10 cas de déblocage anticipé, pour le PERCO blocage jusqu’à la retraite mais 5 cas de déblocage dont l’acquisition de la résidence principale ;

»» exonération d’impôt sur les plus-values ;

»» accès (selon les offres) à un large choix de placements en multigestion moins chers que les FCP classiques.

La loi PACTE va encore améliorer les plans d’épargne en rendant déductibles fiscalement les versements volontaires réalisés dans le PERCO, et en supprimant le forfait social dans les entreprises jusqu’à 49 salariés. 1 000 € de coût total d’abondement dépensés par l’entreprise (déductibles) donneront 903 € de pouvoir d’achat net placé pour le bénéficiaire !

Et les leviers de paramétrage (ingénierie facturable) sont faciles à maîtriser si on prend le temps de se former :

»» abondement linéaire, par pallier, par nature de flux d’épargne, par support de placement, à l’ancienneté, d’amorçage / modifié chaque année ou régulier, pour bien cibler et maîtriser les budgets ;

»» transferts interdispositifs (PEE vers PERCO) ;

»» plans sur mesure ou interentreprises ;

»» plans Groupe ou par entreprise.

Dans épargne salariale il y a épargne. Et les plans d’épargne sont la base de l’ingénierie de l’épargne salariale. Apprenons à en exploiter toute la richesse au service de nos clients !

Mathieu Chauvin • Associé et Directeur Commercial d’ERES