Le commerce coopératif et associé, quand entreprendre rime avec territoire | CJEC

Le commerce coopératif et associé, quand entreprendre rime avec territoire

Le commerce coopératif et associé est le leader du commerce indépendant en France. Cette forme de commerce en réseau (points de vente, services, …) permet à des entrepreneurs indépendants de se regrouper et de mutualiser leurs moyens et leurs savoir-faire dans le but de mettre en place des actions et des outils communs. Propriétaires de leurs affaires ainsi que de leur réseau/enseigne, les chefs d’entreprise du commerce coopératif et associé en sont les acteurs et les décideurs. En grande majorité, ces groupements sont organisés sous forme coopérative.

En 2018, la Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA) a demandé au cabinet Xerfi de réaliser une étude sur « L’impact du commerce coopératif et associé sur les territoires ». Voici les principaux enseignements.

  • Une masse salariale qui croît deux fois plus vite que celle de son marché

Le commerce coopératif et associé mise sur l’humain. Ses 32 590 entrepreneurs sont plus nombreux chaque année et emploient 546 769 salariés en 2016. De 2011 à 2015, sa masse salariale a augmenté de 1,9 %, soit deux fois plus rapidement que celle de l’ensemble du commerce (+1,2 %).

  • Une véritable résistance aux aléas conjoncturels

Le chiffre d’affaires du commerce coopératif et associé a progressé sur un rythme annuel moyen de 0,4 % à périmètre constant alors que le secteur du commerce est en diminution dans les mêmes proportions sur la période étudiée. Ces écarts de performances témoignent du dynamisme de cette forme de commerce ainsi que de son efficacité.

  • Un taux d’investissement deux fois supérieur à celui du commerce

L’étude Xerfi révèle que la courbe du taux d’investissement du commerce coopératif et associé se situe au-dessus de celle de l’ensemble des commerces de plus d’un point (2,5 % versus 1,2 %). C’est une preuve que les chefs d’entreprise de ce modèle économique s’adaptent et anticipent l’avenir sur un secteur qui demande de se renouveler en permanence.

  • Une contribution fiscale conséquente

Quand il s’agit de contribuer aux recettes publiques, le commerce coopératif et associé est également un acteur important. Alors qu’il représente 30 % du commerce de détail, cette forme de commerce s’acquitte de 42 % des taxes et impôts en France et participe à hauteur de 48 % des impôts sur les sociétés de l’hexagone.

  • Une répartition des points de vente en phase avec la répartition de la population française

A l’heure où 1 Français sur 2 vit dans une ville de moins de 10 000 habitants (chiffre INSEE), 50,8 % des points de vente du commerce coopératif et associé sont implantés dans ces communes. Cette proximité se vérifie également dans les villes de moins de 50 000 habitants. 10,5 % des Français sont installés dans des villes de 20 000 à 50 000 habitants et le Commerce Coopératif et Associé y possède 15,6 % de son parc. 

  • Des chiffres d’affaires conséquents en régions

Le commerce coopératif et associé se déploie en régions et créé de la valeur. Il pèse plus de 30 % du chiffre d’affaires du commerce dans dix régions de France métropolitaine et près de 40 % dans cinq d’entre elles. 

  • Des points de vente au cœur des agglomérations

Le commerce coopératif et associé est un acteur de l’économie réelle. Il participe à la dynamique des centres-villes et des centres-bourgs puisque 65,2  % de ses magasins sont situés au cœur des agglomérations pour les 35 villes étudiées par Xerfi.

 

  • Une participation à la CVAE au-delà des 32 % dans 9 régions

Le commerce coopératif et associé est également un important contributeur de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) puisqu’il y participe, pour le commerce, dans neuf régions de France à plus de 32 % et à plus de 50 % dans cinq d’entre elles. La CVAE sera, par la suite, redistribuée aux acteurs de la région.

Cette étude révèle que le commerce coopératif et associé représente des PME françaises enracinées dans le tissu économique local. C’est un acteur clé des territoires. Son modèle organisationnel implique une connaissance du terrain et une véritable volonté pour ses 30 000 entrepreneurs de pérenniser les affaires en France.

Pour rappel, la Fédération du Commerce Coopératif et Associé (FCA) est l’instance représentative française du commerce coopératif et associé. Elle a pour mission de représenter, de développer et de promouvoir les groupements de commerçants, notamment auprès des pouvoirs publics. La FCA conseille ses adhérents, leur permet de développer des échanges d’expériences inter-groupements et accompagne également les réseaux/enseignes en création. En 2017, le commerce coopératif et associé a réalisé de 152,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, soit 30 % du commerce de détail en France et 7 % du PIB français. En France, plus 30 000 entrepreneurs ont fait le choix de cette forme de commerce.